Film : « Je ne suis pas un homme facile »

Long-métrage français d’Eléonore Pourriat produit et diffusé par Netflix, « Je ne suis pas un homme facile » raconte l’histoire d’un dragueur lourdingue propulsé dans un autre monde où les rapports femme/homme sont inversés.

J’ai trouvé ce film très réussi. Drôle et jubilatoire par moment, il permet de comprendre le sexisme ordinaire, de voir des comportements machistes ou condescendants des hommes en inversant les situations. C’est très efficace et agit comme un révélateur de certains comportements et certaines paroles entendus au quotidien, et dont j’ai moi-même pu être l’auteur par moment, et non une mise en accusation ou une leçon donnée aux hommes. C’est ce que je trouve réussi.

En voyant le personnage principal en short (parce que c’est comme cela que les femmes le veulent), je me suis posé la question suivante : pourquoi est-ce que les femmes doivent montrer leurs jambes ? Je dois dire que cela pose pas mal de questions sur le regard masculin sur la femme, dans la vie de tous les jours, dans la publicité, dans l’art… Bref, la réflexion est ouverte.

A voir afin d’améliorer son quotient féministe et revoir certains aspects de l’éducation proposée aux enfants sur le genre.

Série + musique : Counterpart + Persona

Counterpart

J’ai découvert il y a peu la série télé Counterpart.

L’idée générale : à notre époque, un bâtiment situé en Allemagne donne accès à un monde parallèle semblable au notre. Deux mondes se côtoient et s’espionnent.

Voilà pour l’idée de base qui rappellera la série Fringe. Mais le traitement est différent. La série Counterpart se veut plus réaliste, plus froide, moins science-fictionnelle. Froide par la photographie qui nous ramène dans les années de guerre froide, sensation amplifiée par le fait de tourner à Berlin j’imagine ; réaliste parce que les protagonistes sont humains et leurs histoires attachantes ; moins science-fictionnelle car les intrigues sont bassement politiques.

Qu’est ce qui fait qu’une vie peut prendre un virage différent à un moment donné ? C’est ce que nous montre la série, c’est le point que j’apprécie.

Il faut noter le jeu de l’acteur J.K. Simmons, que vous aurez vu dans de nombreuses séries et films : cette fois, c’est lui qui tient le(s) rôle(s) principal(aux)  et il très convaincant.

 

Persona de Rival Consoles

Voici un album de musique électro ou ambient électro de Rival Consoles alias Ryan Lee West. Nous voilà donc plongés dans un univers très personnel, celui RLW. Je qualifierais sa musique électro de très propre, très maitrisée et léchée, tout en restant festive, planante et contemplative.

Certaines pistes m’ont rappelé le travail de Moby sur la BO du film Heat. Je ne saurais complètement dire pourquoi.

Cet album envoutant et puissant m’a envoyé en voyage, en voyage dans mes émotions. Je vous conseille le voyage.

un synthétiseur est un traducteur pour des émotions inconnues.
– Legowelt